Foire aux questions

Pourquoi les MRC de Beauharnois-Salaberry et de Roussillon ont-elles choisi de réaliser un tel projet?

Avec notre volonté de développement durable et l’interdiction du gouvernement du Québec d’enfouir les matières organiques d’ici 2020 et, par le fait même, l’obligation de récupérer les matières organiques, les MRC de Beauharnois-Salaberry et de Roussillon prennent l’initiative de la valorisation de ces matières avec la technologie la plus efficace et qui a fait ses preuves : la biométhanisation.

Plus de 55 % du sac poubelle est constitué de matières organiques (restes de table, de cuisine, résidus de jardin, etc.). Lorsqu’elles sont enfouies, les matières organiques produisent environ 7 %  des gaz à effet de serre (GES) totaux du Québec; ces matières représentent pourtant une source d’énergie et d’engrais.

Les MRC de Beauharnois-Salaberry et de Roussillon, ainsi que leurs municipalités, adhèrent à ces principes et veulent gérer plus efficacement les matières résiduelles dont elles ont la responsabilité. Il est clair que l’heure est à la valorisation de ces matières, plutôt que de bêtement les enfouir.

La biométhanisation des résidus organiques s’avère souhaitable pour le Québec parce que les matières organiques sont mises en valeur, localement, à l’aide de technologies de pointe éprouvées. En outre, le biogaz remplace les sources d’énergie fossiles et le compost améliore la qualité des sols. De cette façon, la pollution et les émissions des gaz à effet de serre sont réduites.

Techniques

Pourquoi choisir la biométhanisation plutôt que l'enfouissement?

Nous avons choisi la biométhanisation pour plusieurs raisons, notamment :

Respect des orientations gouvernementales et avantages financiers

  • Parce que le gouvernement du Québec, par le biais de sa Politique de gestion des matières résiduelles, oblige les municipalités à atteindre un taux de récupération et de valorisation de 60 % des matières organiques d’ici 2015 et un bannissement de l’enfouissement d’ici 2020;
  • Elle est subventionnée à 60 % par les deux paliers de gouvernement;
  • Pour stabiliser dans le temps les coûts de gestion des matières résiduelles;

Technologie éprouvée

  • Parce qu’il s’agit de la meilleure solution technologique afin de répondre aux défis posés par la gestion des matières organiques, ce qui a été vérifié sur le terrain lors de missions techniques (Toronto, Suède, France);

Avantages et bénéfices environnementaux

  • Comme le Québec entend lutter contre le réchauffement climatique, cela nécessite des actions concrètes et immédiates en ce qui a trait à l’utilisation des ressources renouvelables d’énergie et à la réduction des émissions des gaz à effet de serre;
  • Pour diminuer le volume de déchets destinés à l’enfouissement et faire preuve d’engagement envers le développement durable. À notre avis, c’est faire preuve d’une approche responsable, dynamique et visionnaire;
  • Pour réduire les gaz à effet de serre;
  • Pour valoriser l’énergie contenue dans la matière et ainsi créer le biogaz;
  • Pour valoriser le digestat en compost qui peut être utilisé comme amendement du sol;
  • Pour contrôler les nuisances (odeurs / oiseaux / vermines);

Réalités régionales

  • Nous avons une population importante sur le territoire des deux MRC, soit près de ¼ de million d’habitants; ce qui justifie une installation de cette importance;
  • Nous avons l’espace et les conditions pour accueillir les installations d’un tel complexe.

Quels sont les avantages de la biométhanisation?

  • La diminution du volume global des déchets destinés à l’enfouissement;
  • La production de biogaz, une énergie renouvelable et carboneutre, qui remplace le gaz naturel et qui contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre;
  • La possibilité de valoriser le digestat en compost ou comme fertilisant pour améliorer la qualité des sols, restaurer des lieux dégradés, contrôler l’érosion ou planter des arbres.
  • Au Québec, nous recyclons maintenant plus de 60 % de ce qui est recyclable. Il reste encore du chemin à faire. Mais la majorité des ressources que l’on gaspille encore sont les matières organiques. À ce défi, la biométhanisation est la meilleure solution.

Le procédé de biométhanisation a-t-il fait ses preuves?

Oui, la biométhanisation a fait ses preuves notamment en Europe et en Asie depuis plus de 50 ans. Ce procédé respecte l’environnement et est en parfaite conformité avec les objectifs de Kyoto. Lorsqu’il est bien maîtrisé, le procédé est très sécuritaire et assujetti à de nombreuses normes environnementales et industrielles.

Qu'est-ce que la biométhanisation?

C’est la transformation biologique des matières organiques en l’absence d’oxygène en milieu fermé. Les produits résultant de la transformation sont classés en deux catégories: le biogaz et le digestat (une « pâte » qui sera compostée).

Qu'est-ce que le compostage?

C’est un procédé de valorisation biologique en aérobie (avec oxygène) qui permet de transformer les matières organiques (dont le digestat) en un produit fertilisant stable et hygiénisé : le compost. Le compostage est ici utilisé afin d’assurer la maturation du digestat. Le compost peut être utilisé pour l’horticulture, l’agriculture ou l’aménagement de sites. Il constitue de l’énergie pour la terre.

Qu'est-ce que le biogaz?

Le biogaz est un mélange de méthane, de dioxyde de carbone et de vapeur d’eau. Le méthane est une source d’énergie et représente le principal constituant du gaz naturel. Le biogaz, une fois raffiné, peut remplacer le gaz naturel, une énergie fossile non renouvelable. Les usages de cette source d’énergie peuvent être multiples : chauffage industriel, substitution au diesel, injection dans un réseau gazier existant, etc.

Qu'est-ce que le digestat?

Sous-produit qui est issu de l’étape de méthanisation des matières organiques.  Le digestat est plus ou moins pâteux et moyennement stabilisé. Le digestat est composté pour en faire un produit fertilisant tout usage et de qualité.

Que sont les matières organiques?

Les matières organiques sont des matières qui se décomposent. Elles se regroupent en deux grandes familles que sont les résidus verts (feuilles mortes, gazon, résidus de jardinage, etc.) et les résidus alimentaires (fruits, légumes, restes de table, cartons et papiers souillés d’aliments, etc.).  À elles deux combinées, elles représentent plus de 55 % du contenu de la poubelle qui est destiné à l’enfouissement.

Que sont les 3 RV?

Pour maximiser nos ressources, nous devons réduire nos pertes dans la logique des 3 RV:

  • Réduire à la source (ex: moins d’emballage);
  • Réutiliser (ex: acheter ou vendre « usagé »);
  • Recycler (ex: le bac bleu);
  • Valoriser (ex: compostage domestique et biométhanisation)

En termes de réduction et de valorisation des matières résiduelles, quelle est la méthode la plus avantageuse : l’herbicyclage ou l’envoi de ses rognures de gazon à la biométhanisation?

Les rognures de gazon seront reçues et valorisées au complexe de biométhanisation. Toutefois, l’herbicyclage continuera d’être encouragé.

Où sera situé le centre de biométhanisation et pour quels motifs?

Il sera situé dans le nouveau parc industriel de Beauharnois en raison des avantages liés au transport, à la proximité du réseau autoroutier et gazier, à son éloignement des milieux résidentiels, ainsi qu’à la superficie des terrains disponibles. Le site retenu a fait l’objet d’une analyse approfondie et a été évalué en fonction d’une trentaine de critères économiques, environnementaux, sociaux, réglementaires et techniques.

Est-ce que les multilogements, les commerces et les institutions feront partie du projet?

Le projet prévoit initialement la desserte des six logements et moins. Les immeubles contenant un nombre supérieur d’unités seront desservis dans les années subséquentes de même que certains types de commerces et institutions (commerces alimentaires, écoles).

Quelle utilisation prévoyez-vous faire des extrants qui seront générés du complexe?

Le biogaz sera raffiné et injecté au réseau gazier où il sera utilisé comme source d’énergie renouvelable pour le transport, les utilisations industrielles ou domestiques. Le biogaz constitue une source de revenu pour la Régie.

Le compost sera distribué et valorisé auprès des citoyens et auprès des municipalités pour l’entretien des espaces verts. Il sera aussi valorisé en production agricole, horticole et pour l’aménagement de sites. Le compost produit au complexe de biométhanisation / compostage respectera les meilleurs critères de qualité environnementale et agronomique.

Existe-t-il d’autres installations du genre au Québec?

Actuellement au Québec, il existe quelques installations municipales de biométhanisation qui traitent les eaux usées et quelques installations industrielles qui traitent les résidus de transformation agroalimentaires. Saint-Hyacinthe est la première ville québécoise produisant du gaz naturel à partir de matières organiques et utilisant ce gaz pour ses besoins énergétiques. Son Centre de valorisation des matières organiques traite le contenu de bacs bruns de 23 municipalités. Plusieurs autres projets de complexes de biométhanisation pour le traitement des résidus organiques domestiques sont en cours : Rivière-du-Loup, Varennes, Québec, Montréal, Laval, etc.

Quels sont les désavantages liés à l’enfouissement de la matière organique alors qu’elle peut se décomposer?

La matière organique enfouie contenue dans les résidus se décompose en dégageant un biogaz essentiellement constitué de méthane, un gaz qui présente un potentiel de réchauffement 21 fois plus élevé que le dioxyde de carbone. Ce procédé dégage des gaz à effet de serre néfastes pour l’environnement.

Gouvernance

Pourquoi les MRC de Beauharnois-Salaberry et de Roussillon font-elles partenariat dans ce projet?

Afin de créer un territoire de collecte de matières organiques (18 municipalités) pouvant générer un volume suffisamment intéressant à la faisabilité des opérations et du même coup mobiliser un capital municipal suffisant pour couvrir plus aisément la responsabilité financière d’un tel complexe.

En complément, les deux MRC ont décidé de faire front commun dans ce projet pour se conformer au plan d’action sur les changements climatiques en réduisant les gaz à effet de serre et pour atteindre les objectifs de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles instaurée à l’époque par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, soit :

  • Bannir l’enfouissement des résidus organiques d’ici 2020;
  • Recycler et valoriser 60 % des résidus organiques d’ici 2015.

Comment l’usine sera-t-elle gérée?

Le complexe sera géré par la Régie intermunicipale de valorisation des matières organiques des MRC de Beauharnois-Salaberry et de Roussillon qui est responsable de ce projet nommé BioM.

Financier

Quel est le coût de ce centre de biométhanisation?

Le budget de réalisation du centre de biométhanisation est estimé à 48 millions $ (financé à 60 % par les gouvernements fédéral et provincial).

Combien d’emplois seront créés par le projet?

Pendant la construction, une centaine d’emplois seront créés et entre 10 et 15 emplois pour l’opération quotidienne du complexe BioM.

Impacts citoyens

Comment s'effectuera la collecte des matières organiques?

Pour nous permettre de valoriser les matières organiques, elles seront ramassées à chaque porte et envoyées dans un complexe moderne de biométhanisation et compostage du nouveau Parc industriel de Beauharnois.

Que signifie BioM?

Se prononce « Biôme ». Le vert représente les matières organiques et le bleu, l’énergie propre que l’on en retire. On retrouve cette transformation dans le « O ». Le biome est un écosystème, un endroit où chacun influence son environnement.

Quels types de bacs seront utilisés?

Les MRC n’ont pas statué sur le type et le format des bacs qui seront utilisés pour la collecte porte-à-porte des résidus organiques. Le choix final sera fait au moment opportun.

Que pourra-t-on déposer à la collecte des matières organiques?

Essentiellement les résidus verts (feuilles mortes, gazon, résidus de jardinage, etc.) et les résidus alimentaires (fruits, légumes, restes de table, cartons et papiers souillés d’aliments, etc.). Avec le projet de complexe intermunicipal de biométhanisation et compostage, les matières organiques ne sont plus désormais considérées comme de simples résidus, mais plutôt comme de véritables matières premières.

Est-ce que les boues des usines d’épuration seront admises et traitées au complexe?

Non. Les boues sont déjà traitées par les municipalités.

Est-ce que la mise en place de ce nouveau service comporte des risques d’émanation d’odeurs, tant dans le bac qu’au complexe projeté?

Le procédé de biométhanisation repose sur la dégradation de la matière organique dans des structures closes et totalement hermétiques. De plus, l’ensemble des opérations se fera sous bâtiments dits « en pression négative », de sorte que l’air des bâtiments ne peut pas sortir sans avoir été traité par des systèmes hautement performants de traitement de l’air et des odeurs. De plus, la Régie posera des critères d’opération afin d’assurer qu’aucune nuisance ne porte atteinte à la qualité de vie des populations avoisinantes.

Quant aux odeurs pouvant être associées au bac, il existe une multitude de trucs et de pratiques permettant de contrôler les odeurs pouvant émaner du bac. Ces trucs et pratiques sont très largement utilisés par des centaines de milliers de citoyens qui disposent déjà d’une collecte des résidus organiques au Québec. Les divers volets de la campagne d’information et de sensibilisation auprès des citoyens permettront de faire connaître ces pratiques. D’autant plus que cette initiative ne peut qu’améliorer la situation que l’on connaît actuellement avec l’utilisation de la poubelle contenant ces mêmes matières organiques.

À compter de quand prévoyez-vous que ce nouveau service sera opérationnel?

Le futur complexe intermunicipal de biométhanisation et de compostage, de même que l’implantation graduelle de la collecte porte-à-porte, devraient être fonctionnels et opérationnels dans l’horizon temporel 2018-2019.

Quelles initiatives de communication sont prévues dans le cadre de ce projet?

Plusieurs initiatives et outils de communication sont prévus afin de sensibiliser, éduquer et informer en continu les différents publics concernés par le projet de biométhanisation et compostage des MRC de Beauharnois-Salaberry et de Roussillon. Le site Web dédié à BioM, et qui a été mis en ligne en décembre 2014, constitue le cœur des communications liées au projet. Plus nous approcherons de la mise en opération du complexe et de la mise en place de la collecte porte-à-porte des matières organiques, plus la communication sera intensive. Des séances d’information à l’intention des citoyens seront notamment organisées.